L'Esprit des pierres.

BILLETTERIE
Edition 2020
Babel Canto

 

8 MIDI-CONCERTS, à LIMOGES

La fuite de la lumière, 12/09/2020, 12h30, église St-Pierre

Concert du matin, 13/09/2020, 07h30, IF

Escoutaz !, 14/09/2020, 12h30, Espace S.Veil

Poésie amoureuse, 15/09/2020, 12h30, Espace S.Veil

Las paraulas, 16/09/2020, 12h30, ENSA

De lamentazione, 18/09/2020, 20h, église St-Michel

Chants syriaques, 19/09/2020, 12h30, Musée Adrien Dubouché

Miracula mulierum, 20/09/2020, 16h30, Abbatiale de Solignac

Les places à l'unité sont à 5,99 € sur internet (tarif majoré de la commission du site de vente) et sont garanties.
Les places à l'unité sont à 5 € sur place, à l'entrée du concert. L'ouverture de la billetterie se faisant environ 30 minutes avant le début du concert.

Place à l'unité - Concert 1
Quota de 90 places

La fuite de la lumière
Hélène Fauchère


Samedi 12 sept. | 12h30
Eglise Saint-Pierre-du-Queyroix
4 rue Saint-Pierre, Limoges

 

Le langage musical de Jürg Frey est fait d’espaces sonores larges où le silence est une composante essentielle. As imperceptibly as grief (Aussi imperceptiblement que le chagrin), composé en 2011 et créé en 2017 sur un des magistraux poèmes d’Emily Dickinson (1830-1886), ne déroge pas à son style : la pièce se déroule calmement et sans hâte. Hélène Fauchère, dans un tour de force de contrôle infini, installe l’espace sonore, et dispose les notes dans l’air. Deux « voix » s’interpellent : les syllabes du texte sur une hauteur, les voyelles ouvertes un demi-ton plus haut, une oscillation qui devient mélisme. Le texte, les mots, disparaissent dans la musique, les sons. Mais tout ceci sans perdre le sens de la profondeur, et l’on comprend que la musique devient un sentiment tangible et joyeux, plus palpable que le chagrin.

Soliste pour des ensembles prestigieux comme l’ensemble intercontemporain, le Klangforum Wien, l’Ensemble Modern et bien d’autres encore, se produisant sur des scènes comme la Philharmonie de Paris ou celle de Cologne, en Allemagne, Autriche, Suisse... Hélène Fauchère a créé As imperceptibly as grief et nous en offre ici la première limousine.

Place à l'unité - Concert 2

Quota de 30 places

Concert du matin
Guillaume Barraud, flûte bansuri


Dimanche 13 sept. | 07h30
IF (Irrésistible Fraternité)
8 rue Charles Gide, Limoges

Guillaume Barraud nous propose une interprétation d’un raga de l'aube, à la flûte bansuri, dans les règles de l'Art du prélude : Alap — jod — jhala, suivi d’un chant dévotionnel 'bhajan' et d’une pièce contemporaine d'inspiration traditionnelle. Le souffle à travers la flûte trouve sa propre voix, révélant un chant subtil et envoûtant.

Disciple émérite du flûtiste indien légendaire Hariprasad Chaurasia, Guillaume Barraud est devenu une figure emblématique de la flûte bansuri en Europe. Après des années d'immersion et de pratique instrumentale, il a su se faire le porte-parole des musiques traditionnelles de l'Inde et entraîner son public dans une aventure musicale et culturelle ressourçante. Musicien versatile, il s'emploie à élargir l'univers, l'entrainant notamment sur le terrain du jazz.

Place à l'unité - Concert 3

Quota de 120 places

Escoutaz !

Les mots et les sons des premiers troubadours
Jean-Paul Rigaud
Lê Quan Ninh


Lundi 14 sept. | 12h30
Espace Simone Veil

2 rue de la Providence, Limoges

 

A. Jeanroy dans son article intitulé « la première génération des troubadours » distingue deux écoles de création lyrique. L’une plutôt idéaliste avec Jaufre Rudel ou Bernard de Ventadour et l’autre plutôt réaliste, voire discourtoise, avec Marcabrun.

A l’origine de cette veine poétique du XIIe siècle, il y a Guillaume IX d’Aquitaine dont l’œuvre contient en germe tous les thèmes développés ultérieurement : mélancolie de l’origine, ironie de l’existence, extase ou passion amoureuse, loyauté ou trahison, beauté ou tristesse de la nature. Ces grands thèmes sont chantés dans une langue née de la terre, nouvelle et profane : la Lingua Lemousina.

Avant d’être codifiés par les générations futures, les premiers troubadours travaillent la Lingua Lemousina comme une matière vibratoire originelle et changeante. Le mot, la parole et son chant, comme un objet qu’il faut mettre sur l’établi, façonner et tailler, afin d’en organiser l’éclat et le sens sans en perdre la force primaire.

C’est par cette approche, où le son fait sens, que nous vous proposons une mise en bouche des premiers textes de la lyrique occitane du XIIe siècle.

Place à l'unité - Concert 4

Quota de 120 places

 

Poésie amoureuse

Laetitia Marcangeli, soprano

Pierre Blanchut, santour

Timothée Tchang, percussions


Mardi 15 sept. | 12h30 | 5 €
Espace Simone Veil

2 rue de la Providence, Limoges

 

Laetitia Marcangeli (chant), Pierre Blanchut (santour) et Timothée Tchang (percussions orientales) proposent un concert mêlant poésie savante et populaire d’Europe méditerranéenne : sont rapprochés de très anciens poèmes d’amour (Sappho, Archiloque – VIIe siècle avant J.-C. –, les élégiaques latins – Ier siècle avant J.-C....), lus, psalmodiés, traduits, de chants traditionnels de Grèce, de Corse et de l’Espagne séfarade.

Les langues latines y côtoient les sonorités plus rauques des dialectes grecs, les harmonies d’Europe occidentale se mêlent aux thèmes grecs et séfarades, qui tirent vers l’Orient et dansent sur les rythmes impairs.

Place à l'unité - Concert 5

Quota de 120 places

 

Las paraulas
La Manufacture verbale

Jakes Aymonino

Ravi Prasad
Joan Francés Tisnèr

Fouad Achkir

Henri Marliangeas


Mercredi 16 sept. | 12h30

ENSA, Campus de Vanteaux

19, Av. Martin Luther King, Limoges

 

Plus qu’un groupe, la Manufacture Verbale est un chantier permanent, un édifice vocal en constante évolution, une tour de Babel sonore. Le poids des mots, l’accent des langues, le son des traditions orales et écrites, les instantanés de notre contemporanéité, la Manufacture observe, cherche et prospecte, polyphonise les mots du Monde, harmonise les échos, diapasonne les voix dansant entre elles. Dans la Manufacture on parle, on murmure, on bonimente, on baratine, on crie, on chante, on déclame... dans le plus pur plaisir de l’expression vocale nue.

Depuis quelques années, la manufacture verbale construit son propre langage musical au fil des rencontres toutes plus inédites les unes que les autres. Du traditionnel malgache aux sinuosités baroques, l’ouverture de la culture basque aux autres cultures du monde est leur leitmotiv. Et si chacun de ses membres dirige ses propres projets, leur réunion au sein de la manufacture verbale crée une alchimie qui embarque l’auditeur dans un univers vocal et langagier hors sentiers battus mais toujours jouissif.

Place à l'unité - Concert 6

De lamentazione
Quota de 120 places


Ensemble Beatus
Vendredi 18 sept. | 20h00 | 5 €
Eglise Saint-Michel des Lions

Place Saint-Michel, Limoges

La partie profane de ce concert s’articule autour d’un genre particulièrement riche durant la période carolingienne : le planctus. C’est dans les manuscrits de l’abbaye St-Martial de Limoges que se trouvent ses premiers témoignages. Le sujet en est le plus souvent la perte d’un ami ou d’un protecteur.

Le plus ancien, le Planctus cygni, prend la forme d’une simple séquence dont la mélodie date du IXe siècle. Le planctus est repris par les troubadours sous le terme occitan de planh dans une forme strophique. C’est le cas du planh chanté à l’occasion de ce programme ; le premier de Gaucelm Faidit (1150-1220) « Fortz chauza es que tot lo major dan » sur la mort de Richard Cœur de lion.

Pour sa partie religieuse, le programme est construit autour de l’office de la Semaine Sainte avec, en particulier, des extraits des somptueuses répons polyphoniques « Tenebrae Responsoria » composées et publiées par Carlo Gesualdo en 1612.

Place à l'unité -
Concerts 7 et 8
Ces concerts étant gratuits, il n'y a pas de vente de billet.
Nous ne faisons pas de réservation pour le concert au Musée Adrien Dubouché, l'accès au Musée est gratuit.
Attention, il est nécessaire de réserver votre place pour assister au concert directement à l'entrée du Musée à partir de 11h et jusqu'à 12h30 le jour du concert.

Réservation possible et conseillée pour le concert du dimanche 20 septembre à Solignac : ns@ensemblebeatus.fr

© 2020 par Nicolas Sarre.

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean
  • Google+ Clean
  • LinkedIn Clean